” Les Disciples d’Emmaüs “

Mardi 1 avril, 2008 – 3è Dimanche après Pâques : « les Disciples d’Emmaüs »
Ce lundi de la Fête de la Pâque Juive, deux personnes venant de Jérusalem, cheminent vers Emmaüs. Au détour d’un chemin, ils sont rejoints par un inconnu et se mêle à leur conversation

Cet étranger constate leur abattement et leur désespoir. Dans leurs discussions, les deux voyageurs expliquent au nouveau venu, les faits horrible et catastrophiques envers leur chef, survenus à Jérusalem avant ce sabbat pascal. Jésus leur dit : « Esprits sans intelligence, cœurs lents à croire tout ce qu’ont déclaré les prophètes ! ne fallait-il pas que le Christ souffrit cela et qu’il entra dans la gloire ? »N’est-ce donc pas l’exemple même de la désespérance vaincue ! Nous qui la vivons avec : une épouse ou un conjoint disparu, un enfant rappelé à Dieu, nous sommes dans un anéantissement et un grand vide moral,
Nous nous raccrochons à la prière, – soudain nous sentons une présence près de nous….

Dans ce même silence, un certain réconfort nous entoure, nous ne le savons pas, nous ne nous en doutons pas, mais Jésus est présent près de nous, son amour nous environne et nous réconforte Oserons-nous murmurer dans le secret de notre coeur : « parle, Seigneur, ton serviteur écoute. » Tout étonné, nous constatons : nous sommes en prières, – nous cherchons un refuge, une protection, un secours pour annihiler ces révoltes, adoucir ces peines endurées, soulager les affres de ces douloureuses séparations imposées, Nous nous sentons envahies par cet amour divin que trop souvent nous rejetons. Pourquoi : trop souvent nous ne savons pas prier, et pour cause : nous ne prions pas ou pas assez souvent. Comment alors trouver la force nécessaire pour prier, mais comme à Emmaüs, que le Seigneur nous ouvre les yeux et allons trouver notre refuge et secours auprès du Ressuscité

Comment connaître, voir reconnaître le suspendu au bois de la croix !
Nous sommes en pleine déroute ! Au plus profond de notre souffrance, reconnaissons notre souffrance et sachons la nommer pour renaître à l’espérance. « C’est du plus profond désespoir que jaillit la plus haute espérance. » A ce visiteur vous amenant la Paix, vous direz : « reste avec nous, il se fait tard, le soir approche et déjà le jour tombe. »

Alors vous serez émerveillé par ce visiteur, à votre table, ce visiteur bénit et rompt le pain, et vous le donne. vos yeux s’ouvrent !!! Sommes nous capables de retenir ce Messie qui nous a donné ce pain de Vie, Nous seuls, avons la possibilité, le pouvoir et le vouloir de Le retenir, Il est l’Agneau Pascal offert en nourriture et aussi pour le salut notre âme, allons le recevoir dignement, le plus souvent possible
O Pain du Ciel, divine Eucharistie, que ton triomphe enflamme notre cœur Reste avec nous, Seigneur, il se fait tard, soit mon compagnon de vie
La Paix du Seigneur soit avec vous, Alléluia, Alléluia Dans la prière et la méditation – Edmond

Posted in religion | Edit | Pas de commentaires »

Laisser un commentaire

De Heilige Koran ... makkel... |
L'IsLaM pOuR tOuS |
islam01 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | edmond-catho-hebdo
| lhebdocatho
| LIVRE ISLAM